À l'initiative de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme

Covid-19 : Les activités nature sont à nouveau disponibles, dans la limite autorisée des rassemblements de 10 personnes maximum. Soyez prudent·e·s et respectez les gestes barrières ainsi que les conditions de participations précisées par les structures encadrant les activités.

En immersion dans la vie d'un gardien de troupeau
groupe
© Volontaire pour la Nature

 

Volontaire pour la nature est une association proposant des missions d’écovolontariat dans le but de contribuer à la protection de la nature et de la biodiversité. Pour cela, ils organisent des chantiers nature en lien avec des partenaires locaux.

6 bénévoles, dont 5 issus du milieu urbain, se sont engagés début juillet et pour une durée de 5 jours à la découverte du pastoralisme et l’élevage en milieu montagnard. Pour cela, l’association volontaire pour la nature leur a proposé de venir soutenir une famille s’occupant d’un élevage caprin dans le Parc Naturel Régional du Queyras.

 

Découverte du monde pastoral

Les journées étaient rythmées par diverses activités : des ateliers pratiques regroupant des activités de traite, de gardiennage du troupeau, mais aussi de paillage et de nourrissage des animaux ont été proposés aux bénévoles. 

gardiennage
© Volontaire pour la Nature

 

Ces ateliers étaient combinés avec des ateliers plus théoriques avec une présentation du Parc Naturel Régional, de ses fonctions et de ses outils de gestion. Les encadrants ont aussi eu l’occasion de présenter leur métier d’éleveur, les spécificités d’une exploitation, les particularités du gardiennage de troupeau… Une intervention du fondateur et animateur de l’association 1000 traces concernant la présence du loup en France a aussi été organisée, permettant de proposer un temps d’échange sur la question de la réintroduction d’espèces sauvages sur le territoire.

Cette organisation équilibrée a permis aux volontaires d’avoir une meilleure appréhension du monde pastoral dans sa globalité : Grâce à ces diverses interventions et explications des professionnels, les écovolontaires avaient toutes les clefs pour comprendre la réalité du terrain.

 

Des bénévoles satisfaits de leurs expériences

Interrogé sur ses motivations, Baptiste, un écovolontaire, répond que « la vie de berger est souvent fantasmée et idéalisée. L’idée était donc de se confronter à la réalité et de de soutenir un modèle agricole essentiel (pastoralisme, élevage extensif) en perte de vitesse. »

Les écovolontaires présents sur cette mission sont unanimes : ils ont été heureux expérimenter le lien avec les animaux, de vivre un quotidien sobre et ont apprécié les moments de solitude inhérent au gardiennage de troupeau, mais aussi l’immersion dans la nature et le grand air.

Au delà de ce court programme d’écovolontariat, l’association Volontaire pour la Nature a aussi donnée la possibilité aux bénévoles de participer aux estives sur la période de mi-juillet à octobre, durant lesquelles le but était essentiellement d’aider l’éleveur dans le gardiennage de son troupeau. 

 

logo prime

 

Cette action a été primée « J’agis pour la nature », bravo à eux !

 

 

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site officiel !

logo volontaire pour la nature

 

Autres actualités récentes
Du 15 au 30 juin c’est l’occasion de parler « ambroisies » et d’agir contre ces espèces exotiques envahissantes à l’occasion des Journées de lutte contre les ambroisies.
Posté le 04/06/2020

Newsletter

Inscrivez-vous
dès maintenant :